image

L'ASN publie son rapport 2017 sur l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France

Précédent

L'ASN publie son rapport 2017 sur l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France

Infos
Informations
16/04/2018
Dernière mise à jour : 16/04/2018
Suivant

Le 12 avril 2018, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a remis à l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) son rapport sur l’état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France en 2017.

Dans ce rapport, l'ASN estime qu’en 2017 la sûreté de l’exploitation des grandes installations nucléaires et la radioprotection dans les domaines industriel et médical se sont maintenues à un niveau globalement satisfaisant mais que pour le parc nucléaire d’EDF, la vigilance reste de mise. La maîtrise de la conformité des matériels, ainsi que la détection, la déclaration et le traitement des écarts, doivent être améliorés.

Afin de mieux prévenir et détecter des irrégularités, l’ASN a mené en 2017 une réflexion pour faire évoluer le dispositif de contrôle et de surveillance. Le plan d’action complet sera arrêté au premier semestre 2018, mais des démarches ont déjà été entreprises dans ce sens. Elle prévoit de rendre en 2020 un avis générique concernant la poursuite du fonctionnement des réacteurs de 900 MWe au-delà de leur quatrième visite décennale. La poursuite de fonctionnement de chacun des réacteurs fera ensuite l’objet d’une autorisation de l’ASN, après enquête publique ; la conformité des réacteurs à leur référentiel d’origine sera examinée à cette occasion. En ce qui concerne les déchets radioactifs, un débat public devrait se tenir fin 2018 sur le Plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs (PNGMDR).

L’ASN contribue actuellement à la finalisation de la réglementation sur la sécurité des sources. Les premières inspections de l’ASN dans ce champ sont prévues pour le second semestre 2018.

Elle formule deux préconisations : 

- le système électrique doit disposer de marges pour pouvoir faire face à une anomalie générique affectant le parc nucléaire ;

- les déchets de plus haute activité (HA et MA-VL) doivent disposer d’une solution de gestion pérenne. Elle estime que le projet Cigéo, dont les options de sûreté constituent une avancée significative, a vocation à répondre à cette attente.